Coups de cœur Adultes

 

Les libraires de la Librairie du Centre de Ferney-Voltaire vous livrent leurs coups de cœur pour les adultes. 
Ils ont chacun sélectionné un livre qui les a marqué, surpris, bouleversé.

Retrouvez tous les livres présentés ci-dessous à la librairie : www.librairiecentreferney.fr
N’hésitez pas à rendre visite à Sophie, Morgan, Maria, Bernadette et Pierre !

Vous pouvez également consulter en ligne le stock de la librairie, réserver ou commander un livre et passer le retirer au magasin : chez-mon-libraire.fr

 

Le coup de cœur de Sophie : 

L’autre moitié de soi – Brit Bennett (Autrement) 

Quatorze ans après la disparition des jumelles Vignes, l’une d’elles réapparaît à Mallard, leur ville natale, dans le Sud d’une Amérique fraîchement déségrégationnée. Adolescentes, elles avaient fugué main dans la main, décidées à affronter le monde. Pourtant, lorsque Desiree refait surface, elle a perdu la trace de sa jumelle depuis bien longtemps: Stella a disparu des années auparavant pour mener à Boston la vie d’une jeune femme Blanche. Mais jusqu’où peut-on renoncer à une partie de soi-même ?

Deux jumelles, deux couleurs, deux vies… Peut-on réellement s’inventer autre et effacer son passé ?
Un grand roman américain sur l’Identité au sens large (raciale, sociale, familiale et sexuelle)

 

Le coup de cœur de Morgan : 

Des diables et des saints – Jean-Baptiste Andrea (L’Iconoclaste) 

« Qu’est-ce qu’un homme comme vous fait là ? »
Joseph, 68 ans, joue chaque jour inlassablement (et divinement bien) du Beethoven sur les pianos publics pour être entendu. Il change tous les jours de gare ou d’aéroport car il attend quelqu’un mais il ne sait pas où. Il espère, lui qui 50 ans plus tôt ne pensait jamais revoir la lueur de l’espoir lorsqu’il intégra l’Orphelinat des Confins où, comme le nom l’indique, il n’y a plus rien après.

Avec « Des diables et des saints », Jean-Baptiste Andrea signe un livre magique, drôle, émouvant, poignant. C’est tout ce qu’on attend d’un très bon livre.
À lire absolument, conseillé et RE-conseillé.

 

Le coup de cœur de Maria : 

Ceci n’est pas une chanson d’amourAlessandro Robecchi (L’Aube)

Ceci est un très bon roman, entre polar et comédie (polar social et comédie noire), plein de suspense et de surprises.
Carlo Monterossi, le protagoniste, semble sortir de la plume de Chandler quant aux policiers, dénoués de moyens et parfois d’intelligence, de celle de Pasolini…

La preuve qu’un thriller de qualité comporte toujours critique sociale et roman de mœurs.

 

Le coup de cœur de Bernadette : 

L’ami – Tiffany Tavernier (Sabine Wespieser)

Un dimanche matin comme beaucoup d’autres, Thierry se lève, boit sa tasse de café en observant son jardin, planifiant cet après-midi-là de refaire sa terrasse avec son voisin et ami Guy. Quand soudain la police encercle la maison de Guy et Chantal, fait irruption dans la maison, réveillant Elisabeth, la femme de Thierry, leur intimant l’ordre de se coucher sur le tapis du salon. A n’y rien comprendre, que se passe-t-il ? Toutes les hypothèses surgissent, loin de la vérité et quand celle-ci éclate, comment réagir ?

Excellent, on se laisse prendre, surprendre, on passe de la stupéfaction à la réalité des faits, impossible de lâcher.

 

Le coup de cœur de Pierre : 

Trois nuits dans la vie de Berthe Morisot – Mika Biermann (Anarchasis)

Trois révolutions.
La première, la Grande, est politique, c’est celle de 1789. Elle est belle et bien révolue, suffisamment lointaine pour qu’on la moque. Qui la regrette encore d’ailleurs sinon ce zombie socialiste de Courbet ?
La seconde est picturale et fait forte impression. On a ouvert les volets et fait entrer la lumière, et comme ça n’a pas suffi, on est sorti, sur le motif comme on dit, l’épaule endolorie par le poids du chevalet mais la veine battante d’un être de chair, bien vivant. Le matos est lourd à trimballer, certes, mais la révolution n’est pas un dîner de gala.
La troisième enfin, est intime ; et carrément sexuelle. On prend les choses en main, on le déshabille et on lui dit quoi faire. Et puisqu’il passe son tour et qu’on fait ce qu’on veut avec ses cheveux, on est généreuse, on invite, on partage…

La poésie rustique de Mika Biermann diffuse généreusement le fumet de cette aventure, et c’est l’odeur de la vase qui nous tourne la tête, et un chou-rave croqué cru qui nous ouvre l’appétit.

 

Page mise à jour le: 30 mars 2021